Bienvenue sur le site de votre Union Régionale
La force du réseau

Maintenir l’esprit d’équipe en télétravail confiné : retour sur l’expérience de Dalibo

12 04 2021

Depuis la création de Dalibo à Paris il y a une quinzaine d’années, le télétravail fait partie de l’ADN de l’entreprise.

Les salarié·e·s de la Scop, spécialisée dans l’administration du système de gestion de bases de données open source PostgreSQL, sont répartis aux quatre coins du territoire, et même au-delà de nos frontières. « Ils étaient 4 à la création de l’entreprise, et ce mode d’organisation a pu se mettre en place sur la base d’un choix délibéré, notamment compte tenu de la nature de leur métier, et de l’importance accordée à la qualité de vie », raconte Laura Ricci, chargée de communication, « mais l’intégration progressive de nouveaux salarié·e·s a constitué un enjeu fort ces dernières années. »

Aujourd’hui, la Scop compte une trentaine de salarié·e·s. Grâce à son expérience solide et son recul sur la pratique du télétravail, elle a pu mettre en place des mesures spécifiques depuis le début de la crise sanitaire il y a un an, ayant identifié très tôt les difficultés propres au confinement : le surtravail, l’isolement et la sédentarité.

« Le télétravail est basé sur la confiance, la transparence, l’autonomie et l’implication »,

rappelle Laura Ricci.

dalibo-pleniere

Des temps d'équipe primordiaux

« Cette attention portée à la communication interne est un des piliers de Dalibo et est aussi inspiré des modèles collaboratifs et ouverts de l’open source. Hors crise sanitaire, nous mettons par ailleurs particulièrement l’accent sur les temps d’équipe, qui sont primordiaux pour éviter l’isolement. Les groupes de travail thématiques, les comités permanents, transverses aux fonctions et aux régions, les coworking, sont fortement encouragés pour développer le lien social et la responsabilité collective. » Ainsi, en temps habituel, les salarié·e·s se retrouvent tous les 3 mois en co-working régionaux, et en juillet pour un séminaire de 3 jours au moment de l’Assemblée générale. « Il y a aussi les hackfest ! Nous avons institutionnalisé ce fonctionnement au fur et à mesure du développement de la Scop, notamment avec l’arrivée récente de nouvelles fonctions non DBA [les ingénieurs administrateurs de données] » complète Laura Ricci.

Mettre en place des mesures préventives rapidement

Mais en mars 2020, au début de la crise sanitaire, des signes inhabituels d’anxiété, de déconcentration et de fatigue se font ressentir chez certain·e·s. Une action concertée entre la cogérance, le CSE et le comité de direction se met rapidement en place, pour anticiper au maximum. « Nous avons rapidement compris que la difficulté serait de tenir sur la longueur », explique Virginie Jourdan, DRH et co-gérante de Dalibo.

« Comme toutes les entreprises de service, notre capital est l’humain. Il nous a fallu mettre rapidement en place des initiatives pour permettre à chacun·e de se ressourcer. »

Ainsi, la Scop a-t-elle créé un canal spécial sur son outil de messagerie instantané interne pour favoriser l’expression libre sur la crise, sans impacter le reste de l’activité de l’entreprise ni instaurer de climat anxiogène pour celles et ceux ne souhaitant pas y participer. lle a également offert 10 % de temps off par semaine à chaque salarié·e qui en aurait ressenti le besoin, et abondé des congés payés spéciaux, à raison d’1/2 journée par semaine dans une limite d’un jour maximum par mois, pendant le confinement. En plus de ces mesures, un accompagnement par notre partenaire RH, une coach RH et une psychologue du travail, a été mis à disposition des salarié·e·s. « On a rapidement mis en place le travail en mode dégradé, puis on a accepté le mode asynchrone », explique Virginie Jourdan, « C’était déjà un mode de communication déjà habituel chez nous, mais qui a été accentué par ce mode dégradé ». Une manière parmi d’autres de retrouver un peu de sérénité dans une période stressante.

Un RDV informel a aussi été institutionnalisé, le « café visio », un moment d’échange convivial, partagé chaque semaine pour celles et ceux qui le souhaitent.

« Enfin », poursuit Virginie Jourdan, « nous avons produit une sorte de mode d’emploi avec le CSE, ou comment traverser le confinement dans de bonnes conditions, afin d’anticiper les risques psycho-sociaux liés à cette situation particulière, avec des conseils pratiques (comment gérer son anxiété ou ses enfants), mais aussi le lien vers des numéros spéciaux ou des structures spécialisées. »

La communication interne, clé de réussite

La clé d’une organisation à distance réussie est donc bel et bien la communication interne, liée à la transparence des informations et des décisions prises par et pour l’équipe, et à l’accent mis sur l’accompagnement humain, tout particulièrement en conditions dégradées. Un état d’esprit coopératif qui, chez Dalibo, « s’exprime de façon évidente, et se préoccupe de baser nos pratiques sur la solidarité et la collaboration pour faire vivre notre outil de travail », conclut Laura Ricci.

À noter : Dans le cadre de leur temps CCC (Contribution, Connaissance, Communauté), qui correspond à 20 % de leur temps de travail consacré aux contributions externes à la communauté open source et au réseau coopératif, Laura Ricci et Virginie Jourdan aimeraient partager l’expérience du télétravail chez Dalibo avec le réseau des Scop et Scic.

N’hésitez pas à les contacter si vous souhaitez approfondir cette thématique ! laura.ricci@dalibo.com

 

Pour aller + loin 

Bien intégrer de nouveaux salariés à distance : Retour sur une intégration en période de confinement

Se retrouver malgré la crise sanitaire, une réponse collective au besoin de lien social : Covid – Nos regroupements s’adaptent

Télétravail, confinement et mode dégradé

logo-dalibo

Les dernières actualités

Le restaurant Le Temps des Cerises : l’engagement social au cœur

Lorsque Le Temps des Cerises ouvre ses portes en 1976 rue de la Butte aux Cailles dans le 13e arrondissement de Paris, la convivialité et le lien social sont d’emblée au cœur du projet. Des valeurs qui forgent la raison d’être du restaurant coopératif plus fortement aujourd’hui encore, à l’heure où la crise sanitaire contraint le secteur de la restauration à maintenir le lien avec les clients bien différemment.
Lire plus...

Atelier TAC, c’est 7,3 tonnes de matériaux réemployés en 2020 !

La Scop Atelier TAC créé et fabrique des objets, du mobilier, de la scénographie et des aménagements sur mesure pour particuliers, associations, entreprises et institutions principalement en régions Centre-Val de Loire et Île-de-France. L'atelier est spécialisé dans le réemploi de matériaux et l’écoconception pour tendre vers un impact environnemental minimal. Découvrez leurs engagements et leur projet coopératif !
Lire plus...

La coopérative citoyenne d’énergie Électrons Solaires concrétise sa 1ère centrale solaire !

Créée en 2018, la coopérative Électrons Solaire est née grâce à un collectif de citoyens et d’acteurs issus du milieu associatif et écologiste, réunis pour réfléchir au développement d’un projet d’#énergie renouvelable au sein des communes d’Est-Ensemble. La coopérative est passée de 43 à plus de 150 sociétaires en ce début d’année 2021. C’est grâce à cette mobilisation que la mise en service de la 1ère centrale solaire a pu avoir lieu sur les toits de l’école Waldeck-Rousseau, aux Lilas.
Lire plus...

Le Relais Val de Seine, à Chanteloup les Vignes, déploie et modernise sa production

Implanté à Chanteloup-les-Vignes (78) depuis 1994, Le Relais Val de Seine œuvre à la réinsertion de personnes éloignées de l’emploi par l’intermédiaire de la collecte, du tri et de la revente de textiles et chaussures usagés, et de son réseau de 7 boutiques Ding Fring situées dans l’Ouest parisien et les 15e et 20e arrondissements de Paris. La Scop emploie 140 salarié·e·s, dont une cinquantaine en insertion.
Lire plus...
prev
next