Bienvenue sur le site de votre Union Régionale
La force du réseau

Le restaurant Le Temps des Cerises : l’engagement social au cœur

30 04 2021

Lorsque Le Temps des Cerises ouvre ses portes en 1976 rue de la Butte aux Cailles dans le 13e arrondissement de Paris, la convivialité et le lien social sont d’emblée au cœur du projet. Des valeurs qui forgent la raison d’être du restaurant coopératif plus fortement aujourd’hui encore, à l’heure où la crise sanitaire contraint le secteur de la restauration à maintenir le lien avec les clients bien différemment.

L’euphorie des débuts

C’est en 1976 que Le Temps des Cerises, fondé dès son origine en Scop par huit amis de 22 à 30 ans issus du milieu artistique, libertaire et communiste, ouvre ses portes au cœur du quartier de la Butte aux Cailles dans le 13e arrondissement de Paris, dans les locaux d’une ancienne épicerie en faillite. « Dès le départ, l’objectif était de créer un lieu convivial, un lieu de débat politique, artistique » raconte Guy Courtois, qui a rejoint l’aventure en 1979 et est aujourd’hui le plus ancien salarié de la Scop. « Le restaurant était presque anecdotique dans le projet initial. Nous avons surtout saisi l’opportunité, que nous offrait ce local disponible, de nous implanter dans un quartier qui avait à l’époque très mauvaise réputation, mais dans lequel émergeait dans ces années-là une euphorie, une envie de refaire le monde. L’achat du fonds de commerce a ainsi été financé par les dons de personnes qui avaient envie que ce projet voie le jour. Pendant toutes ces premières années, l’idée était de manger tous ensemble sur de grandes tablées pour un prix bas, comme si on mangeait chez soi. Et les débats d’idées y faisaient rage ! »

« On s’est dit : tout est perdu, il n’y a plus rien à perdre »

Mais dix ans plus tard, la donne a changé, et la Scop doit faire face à de grosses difficultés. Une fermeture administrative de 2 mois, ainsi qu’un contrôle fiscal très conséquent amènent le restaurant au bord du dépôt de bilan. « C’étaient les années où Paris changeait, où le quartier de la Butte changeait… alors on s’est dit qu’on avait tout perdu, donc qu’on avait plus rien à perdre. Et on a décidé de mettre en place une restructuration totale de notre fonctionnement », poursuit Guy Courtois. Les coopérateurs décident alors d’augmenter la qualité de leurs produits, et par conséquent les prix de leurs menus. Tous les 8 se forment également à la comptabilité, à la restauration, au vin, au service… Une nouvelle formule qui ne plait pas à tout le monde, mais qui porte ses fruits : « Nos amis anar et artistes nous ont tourné le dos, pour eux nous trahissions l’esprit initial du Temps des Cerises. Mais à côté de cela, nous avons touché un public nouveau, la clientèle du quartier avait changé. Et ça fonctionnait très bien ! Dans ces années-là, on embauchait un nouveau CDI chaque année… »

Une période prospère qui a perduré jusqu’à l’an dernier. Aujourd’hui, la Scop compte 13 salarié·e·s, dont près de 80 % sont associé·e·s. Quelques anciens salarié·e·s, partis à la retraite, restent associé·e·s, pour « apporter un regard extérieur et nous aider à aborder les problématiques avec plus de recul », précise Guy Courtois.

Des plats garnis à 1 € pour les étudiant·e·s

Et puis est arrivée la crise sanitaire. En 2020, le restaurant a fait le choix de rester fermé, pendant les périodes de confinement, car son offre n’était pas calibrée pour la vente à emporter. Mais en janvier 2021, deux éléments amènent le collectif à repenser les choses. « On a décidé de rouvrir les jeudis, vendredis et samedis en proposant des plats à emporter. Honnêtement, on le fait presque à perte, mais le besoin de nous revoir, de maintenir le lien entre nous, de garder le contact avec nos clients, était trop fort. Et puis en voyant la crise perdurer, on s’est interrogé sur ce que nous pouvions faire, sur le plan social, ce qui est une question évidente pour nous, directement liée à l’existence même du Temps des Cerises », explique Guy Courtois. « Alors rapidement, on a pensé qu’on pouvait faire quelque chose pour les étudiants, pour les aider à manger sain et à garder du lien social. On leur propose ainsi un plat garni à 1 € tous les samedis. C’est aussi un clin d’œil aux jeunes, qui nous perçoivent peut-être comme un resto de vieux, alors que nous, nous nous sentons toujours aussi jeunes dans nos têtes ! » Depuis la mise en place de cette initiative, un groupe d’une cinquantaine d’étudiant·e·s se retrouve tous les samedis. Parallèlement, la Scop a mis en place une caisse de solidarité à destination des étudiant·e·s, qui sera pérennisée au-delà de la période de crise. « Avec cette opération, on retrouve l’idée même qui a conduit à la création du Temps des Cerises, et qui reste notre moteur », ajoute Guy Courtois.

La Scop : un atout indéniable pour résister à la crise

Une idée qui dès la création du restaurant s’est également traduite dans la gouvernance, avec le choix de la Scop. Et en période de crise, ce statut démontre une nouvelle fois ses atouts. « C’est indéniable, le statut coopératif est un avantage. Comme nous avons connu plusieurs années bénéficiaires, nous avons pu être économes, et constituer des réserves importantes. » Ainsi, même si l’exercice 2020 est pour la première fois depuis longtemps déficitaire (lié aux confinements, bien sûr, mais également aux grèves de la RATP début 2020, et à la limitation des terrasses à 22h l’été dernier), le restaurant a pu combler cette perte grâce à ses réserves. « Être en Scop dans le milieu de la restauration, c’est une chance », détaille Guy Courtois « car dans un restaurant classique, on est plutôt sur une logique de profit immédiat, qui ne permet pas de faire d’économies pour les temps plus difficiles. Un autre avantage est qu’humainement, on s’accroche beaucoup plus parce qu’on croit en notre projet, on y est fortement impliqué. On entretient des relations saines et respectueuses avec tout le personnel. La semaine dernière, j’ai lu qu’il pourrait manquer près de 100 000 salarié·e·s à la réouverture des bars et restaurants. Ici, on n’est pas confrontés à la désaffection des salarié·e·s, et même celles et ceux qui ne sont pas associé·e·s de la Scop font preuve de fidélité et de confiance vis-à-vis du Temps des Cerises. »

Le Temps des Cerises sous l’œil d’ARTE 

Le choix de la forme coopérative, tout comme celui du nom du restaurant, en hommage à la Commune de 1871, s’inscrit dans l’histoire ouvrière, populaire, de Paris. Aussi, rien d’étonnant à ce que l’association des Ami·e·s de la Commune de Paris, installée à la Butte aux Cailles, ait proposé à ARTE d’interroger Le Temps des Cerises dans le cadre de son projet documentaire pour l’émission Invitation au voyage, qui sera diffusé fin mai, sur le thème des 150 ans de la Commune. Le tournage a eu lieu le 17 avril… affaire à suivre !

le-temps-des-cerises

 

equipe-temps-des-cerises-paris

Les dernières actualités

Atelier TAC, c’est 7,3 tonnes de matériaux réemployés en 2020 !

La Scop Atelier TAC créé et fabrique des objets, du mobilier, de la scénographie et des aménagements sur mesure pour particuliers, associations, entreprises et institutions principalement en régions Centre-Val de Loire et Île-de-France. L'atelier est spécialisé dans le réemploi de matériaux et l’écoconception pour tendre vers un impact environnemental minimal. Découvrez leurs engagements et leur projet coopératif !
Lire plus...

La coopérative citoyenne d’énergie Électrons Solaires concrétise sa 1ère centrale solaire !

Créée en 2018, la coopérative Électrons Solaire est née grâce à un collectif de citoyens et d’acteurs issus du milieu associatif et écologiste, réunis pour réfléchir au développement d’un projet d’#énergie renouvelable au sein des communes d’Est-Ensemble. La coopérative est passée de 43 à plus de 150 sociétaires en ce début d’année 2021. C’est grâce à cette mobilisation que la mise en service de la 1ère centrale solaire a pu avoir lieu sur les toits de l’école Waldeck-Rousseau, aux Lilas.
Lire plus...

Le Relais Val de Seine, à Chanteloup les Vignes, déploie et modernise sa production

Implanté à Chanteloup-les-Vignes (78) depuis 1994, Le Relais Val de Seine œuvre à la réinsertion de personnes éloignées de l’emploi par l’intermédiaire de la collecte, du tri et de la revente de textiles et chaussures usagés, et de son réseau de 7 boutiques Ding Fring situées dans l’Ouest parisien et les 15e et 20e arrondissements de Paris. La Scop emploie 140 salarié·e·s, dont une cinquantaine en insertion.
Lire plus...
prev
next