Bienvenue sur le site de votre Union Régionale

Le restaurant Indonesia fait voyager les papilles depuis 40 ans à Paris !

09 02 2023

Près des Jardins du Luxembourg et du boulevard St-Germain se trouve l’un des restaurants emblématiques de Paris : Indonesia, le tout premier restaurant indonésien de la capitale, fondé il y a 40 ans par un groupe de réfugiés politiques.

Un lien très fort entre les client·e·s et le restaurant

À l’occasion des festivités organisées par le restaurant Indonesia en décembre dernier pour célébrer ses 40 ans, un petit cadeau était remis à chaque client. « Le lien entre les clients et le restaurant est très fort. Quand ils viennent manger ici, ils viennent chercher plus qu’un simple restaurant, ils viennent chercher du lien humain. C’est grâce à eux qu’on est encore là 40 ans après l’ouverture ! » raconte Anita Sobron, gérante depuis 2010 du restaurant Indonesia, pionnier des restaurants indonésiens à Paris, qu’avait fondé son père et ses amis en 1982.

Une histoire singulière

L’histoire de ce restaurant est singulière et mérite qu’on s’y attarde. Ils étaient 4 amis, professeur, ingénieur, journalistes… tous les 4 réfugiés politiques venus d’Indonésie, et dans l’impossibilité de trouver du travail en France, leurs diplômes n’y étant pas reconnus, et leur français encore trop balbutiant. Aidés de 4 français désireux de les soutenir, ils ont alors l’idée de créer un restaurant au cœur de Paris, à deux pas des Jardins du Luxembourg et du boulevard Saint-Germain.

La solidarité, socle du projet de la Scop

« À l’époque, il n’y avait pas un seul restaurant indonésien dans la capitale » poursuit Anita Sobron. « Ils étaient pionniers ! ». Mais, quand on a toujours tenu un stylo à la main, comme avait l’habitude de dire son père, comment travailler en tenant un couteau et une fourchette ? « Mon père aimait cuisiner à la maison… mais cuisiner pour un restaurant, c’est autre chose ! » sourit-t-elle. Ils sont alors épaulés par Le temps des cerises, un autre restaurant emblématique de la capital, en Scop également. Le gérant du Temps des Cerises fait même partie des fondateurs d’Indonesia, et devient gérant bénévole du restaurant durant quelques années. C’est grâce à lui que les 4 amis découvrent le statut de Scop. La solidarité est à l’origine de la création de ce restaurant. « Quand on a découvert le fonctionnement de la Scop, ça a résonné avec une organisation typiquement indonésienne, le gotong royong, une tradition d’entraide séculaire qui permet une juste répartition des tâches, sans privilégier ni favoriser quiconque. Au restaurant, la voix de chacun a la même valeur, et le fruit de notre travail est partagé équitablement. On travaille pour nous-mêmes et pas pour quelqu’un d’autre. Cette solidarité, c’est vraiment important », détaille Anita Sobron.

equipe-restaurant-indonesia-paris

Des perspectives rassurantes

Une valeur qui est d’autant plus importante actuellement, alors que le secteur de la restauration est en crise. « On le voit, beaucoup de restaurants autour de nous ont fermé ces deux dernières années. Mais nous, on résiste plutôt bien, parce que dans les moments difficiles, être soudés, être solidaires, ça aide. Ca nous permet de tenir. Et c’est aussi ce que viennent chercher les salariés chez nous, cet état d’esprit. »

Alors n’hésitez pas à pousser la porte du restaurant Indonesia et embarquez pour un voyage culinaire ! On leur souhaite de régaler les papilles des parisien·ne·s pendant encore de nombreuses années !

logo-restaurant-indonesia

Les dernières actualités

Nouveau groupement de Scop Les Scop Néodyme et TPAe se rapprochent pour fusionner leurs compétences et conquérir de nouveaux marchés

Depuis près de 10 ans, la loi ESS (économie sociale et solidaire) autorise la création de groupements de Scop pour améliorer la compétitivité du modèle. Accompagnées par les Unions régionales de leurs territoires et grâce à l’expérience de la Scop Néodyme, TPAe s’est récemment transformée en Scop afin de pérenniser l’activité́, sauvegarder un savoir-faire et un esprit collaboratif acquis au fil des ans mais aussi attirer de nouveaux talents. Ensemble, les deux Scop comptent 154 salariés et 94 associés. Avec le rapprochement de Néodyme et de TPAe, l’année 2023 compte ainsi un nouveau groupement de Scop qui vient s’ajouter à d’autres, récemment réalisés ou en voie de création en France.
Lire plus...
prev
next