CETIL, 35 ans de coopération

Portes de train, chariot Fenwick, isolateurs ou boite à gants pour milieu stérile… Vous avez certainement déjà croisé un produit sorti des ateliers de la CETIL. Cette tôlerie-chaudronnerie fête ses 35 ans cette année, retour sur cette belle success story tourangelle.

« Je n'aurais sans doute rien entrepris sans l'impulsion des ouvriers »

Lorsque son entreprise a été placée en liquidation judiciaire, il y a maintenant plus de 35 ans Frédéric Le Bret raconte avoir fait le tour des entreprises du territoire pour trouver un repreneur, en vain.

Jacques Champion (Renov&co Habitat) et Alexandre Moreno (Cefim)
Sébastien Nerault (Urscop), Frédéric Le Bret et Nathalie Bonneau (Cetil)
Joelle Vanelsue (Image passion), Maxime Guesnon et Vivien Dupuet (Autopartage Tours Centre)
Visite de la Scop Cetil
Visite de la Scop Cetil
Visite de la Scop Cetil
Visite de la Scop Cetil
Visite de la Scop Cetil
Visite de la Scop Cetil
Visite de la Scop Cetil
Visite de la Scop Cetil

« Notre équipe était soudée, nous avions un savoir-faire reconnu et sous l'impulsion des salariés et des professionnels d'atelier, l'idée a germé dans nos esprits de reprendre nous-même l'entreprise. Nous nous sommes rendu à la Chambre de commerce et ébauché notre projet ; découvert le statut avec une coopérative qui était situé à 100 mètres de notre entreprise et finalisé le projet avec l'Urscop. A l'époque, le statut était vraiment méconnu. Il s'est imposé à nous comme une solution incontournable : l'esprit d'amitié, de solidarité, et de mise en commun des moyens... En moins d'un mois le projet était debout.

Nous avons démarré officiellement le 15 février 1980 à 19 salariés. Aujourd'hui, nous sommes 45 salariés, dont une trentaine d'associés et il ne reste plus que 6 fondateurs dans l'entreprise. »

Notre métier : chaudronnerie/tôlerie

A son métier d'origine (la tôlerie/chaudronnerie), la CETIL a intégré la finition peinture, le polissage, le montage et le câblage et propose à ses clients une expérience de conception/bureau d'études. Ainsi, elle est devenue un ensemblier intégrateur.

Dans les ateliers de la Scop, on trouve aujourd'hui des portes de trains, de futurs Fenwick, des isolateurs pour milieu stérile... Mais aussi des stations de potabilisation. « Nous les vendons à des entreprises françaises ou à des ONG pour subvenir aux besoins sanitaires de la population et nous entamons une démarche à l'export notamment pour des marchés en Afrique du Nord ».

Et le dernier né : une innovation permettant de déguster le vin à température pour en garantir les meilleures qualités gustatives et olfactives. C'est une start-up qui s'est adressée à la CETIL pour une première phase de test, la Scop a produit 100 modules et s'apprête à passer à l'étape suivante. Cette machine devrait se retrouver dans les grands hôtels, restaurant ainsi que dans les grands domaines viticoles.

CETIL

8 allée Léonard de Vinci
37250 Montbazon
02 47 34 60 00
Site : www.cetil.fr
Mail : cetil@cetil.fr

Les Scop et les Scic dans le Centre

On compte plus de 65 Scop et Scic employant près de 1 000 salariés en Région Centre Val de Loire (plus d'une cinquantaine sur les départements que nous couvrons).

Elles sont présentes dans tous les secteurs d'activité, de la chaudronnerie tôlerie comme la Cetil aux bureaux d'études, en passant par la culture, le conseil ou encore l'autopartage.

Comment créer une Scop ?

l'Urscop vous accompagne...

 Soutenu par la Région Centre, l'antenne de l'Urscop a pour mission la promotion du statut coopératif auprès des prescripteurs locaux et régionaux de la création, reprise, transmission d'entreprises.
Elle est ainsi au plus prêt des porteurs de projet, accompagne leur création en Scop et continue les suivre tout au long de la vie de l'entreprise.
Pour créer votre Scop, participez à une première réunion d'information et suivez le parcours d'accompagnement de l'Urscop.

Cap Scop

La Région Centre a lancé en 2012 le dispositif CAP SCOP avec pour objectif de développer l'entreprenariat coopératif sur la région. L'intervention de la Région prend la forme d'un abondement au capital sur le principe 1€ pour 1€ (pour chaque euro mis au capital par les salariés, la région abonde 1 € complémentaire), dont l'attribution sera décidée et notifiée en amont du dépôt des statuts et de l'immatriculation de l'entreprise.
Le salarié demandeur de l'aide devra solliciter l'intervention de la région et compléter le dossier de demande de financement, chaque dossier de demande devant être au préalable accompagné et instruit par l'URSCOP de la région Centre.

Contact : Sébastien Nérault, responsable de l'antenne Centre de l'Union régionale des Scop | 02 38 79 02 66