TIC en région Centre : une dynamique coopérative avec le CEFIM

Implanté en région Centre depuis 2002, le Centre Européen de Formation Informatique et Multimedia (CEFIM) de Tours (37) propose des formations diplômantes et de sensibilisation à l'utilisation des TIC. Après des débuts en SARL, l'entreprise est passée sous statut SCOP en 2012. Franck Gauttron, directeur de l'entreprise, nous en détaille le fonctionnement.

Au cœur d'internet et du multimédia

« Notre activité est scindée en deux parties », explique Franck Gauttron. « D'une part, nous assurons des formations professionnelles diplômantes de niveau bac à bac + 4, dans les domaines des réseaux, de la maintenance informatique, du développement logiciel, de l'internet et du multimédia, à des personnes plus ou moins jeunes. D'autre part, nous proposons des actions d'initiation et de sensibilisation à l'usage des TIC destinées au grand public, gratuites et financées par le Conseil Régional, dans le cadre des Visas Libres Savoirs Internet et Bureautique. »

Le statut SCOP, pour une plus grande transparence

« Alors que le CEFIM existait déjà sous la forme d'une SARL depuis 10 ans, certains salariés ont émis le souhait d'entrer au capital de la société », rappelle Franck Gauttron. « Après réflexion, nous avons décidé de transformer l'entreprise en SCOP. Cette forme était celle qui correspondait le mieux à nos valeurs ; elle donne envie de s'impliquer dans la gestion de l'entreprise, nous oblige à la transparence et me permet d'être moins seul, en tant que dirigeant, face aux décisions importantes. Enfin, être une entreprise de l'économie sociale et solidaire donne accès à une plus grande variété de financements. »
Et cette transition, comment s'est-elle effectuée ? « Nous avons été accompagnés dans le montage du projet par l'URSCOP, et financièrement par Centre Actif, la Caisse d'Epargne, le Crédit Coopératif et Socoden», signale Franck Gauttron.

L'émergence d'une dynamique de coopération

Le CEFIM a également rejoint le projet de Pôle Territorial de Coopération Economique (PTCE) CoopAxis, porté par la Coopérative d'Activités et d'Emploi Artefacts, qui fait partie, depuis le 10 janvier, des 23 lauréats de l'appel à projet lancé par le Ministère de l'Egalité, des Territoires et du Logement et le Ministère de l'Economie Sociale et Solidaire.

« Il est encore trop tôt pour que nous ressentions les effets de la labellisation, mais cela constitue un point de départ pour de nombreux projets socialement innovants qui donneront une meilleure visibilité à la filière des TIC en région Centre », conclut Franck Gauttron.

Source : CRESS Centre

Une Scop, en bref

La Scop a la particularité d'appartenir à ses salariés associés majoritaires (ils détiennent au minimum 51% du capital et 65% des droits de vote).

Les décisions fonctionnant sur un principe démocratique, tout salarié associé détient une voix lors des Assemblées Générales, quel que soit le montant de son capital.

Impliqués, écoutés, ils sont aussi motivés par le système de répartition équitable de la richesse produite (entreprise, capital, salariat) : en moyenne, les Scop redistribuent 40% des résultats à leurs salariés. Les Scop démontrent les vertus d'une économie organisée sur la durée.

Comment créer une Scop dans le Centre ?

Soutenu par la Région Centre, l'antenne de l'Urscop a pour mission la promotion du statut coopératif auprès des prescripteurs locaux et régionaux de la création, reprise, transmission d'entreprises.
Elle est ainsi au plus prêt des porteurs de projet, accompagne leur création en Scop et continue les suivre tout au long de la vie de l'entreprise.
Pour créer votre Scop, participez à une première réunion d'information et suivez le parcours d'accompagnement de l'Urscop.

Les Scop et les Scic dans le Centre

On compte 41 Scop et Scic dans le Centre. Parmi les plus grandes : AEML (tôlerie chaudronnerie) à Meung sur Loire, la CETIL (tôlerie chaudronnerie) à Montbazon ou encore TPC (conditionnement) à St Jean de Braye.

Des Scop et Scic dans tous les secteurs d'activité...

AEML, Meung-sur-Loire (45), 122 salariés
Chèque déjeuner, Gennevilliers (92), 2130 salariés
Hydroscop, St Jean-de-Braye (45), 7 salariés
Image Passion, Crotelles (37), 28 salariés
Coopérative de lamanage des ports de Rouen et Dieppe, Rouen (76),45 salariés
Le relais Eure et Loir, Favière (28),83 salariés
Le Théâtre du Soleil, Paris (75), 25 salariés
EBS Le Relais Val de Seine, Chanteloup les Vignes (78), 113 salairés
Maugard Espaces Verts, Beuzeville la Grenier (76), 22 salariés
Naturaulin, Notre-Dame-de-Gravenchon (76),14 salariés
SNMA Grandpierre, Breteville du Grand Caux (76), 13 salariés
SOE Stuc et Staff, Paris (75), 50 salariés
STMS, Gonfreville l'Orcher (76),18 salariés
TPC, St Jean de Braye (45), 169 salariés
Union des forgerons, Méréville (91), 78 salariés