Dans le cadre du projet de loi sur la prime obligatoire aux salariés, les Scop réagissent.

Mardi 14 juin, le projet de loi sur la prime obligatoire aux salariés était discuté devant l'Assemblée Nationale. Les débats qui animent l'ensemble des acteurs économiques - et des salariés - autour de ce projet sont à la mesure des attentes d'une plus juste redistribution des richesses créées par les entreprises.

Pourtant il existe aujourd'hui un modèle d'entreprise qui propose ce partage équitable des bénéfices : la Scop

La Scop, un modèle de répartition des richesses équitable et pérenne

La Scop représente ce modèle attendu de rétribution juste et pérenne de la richesse créée car les bénéfices y sont équitablement répartis entre les trois composantes de l'entreprise, communément appelé la règle des trois tiers :

  • l'entreprise, en réserves pour les investissements futurs,
  • les salariés, grâce à l'accord de participation,
  • les associés, à travers la rémunération de leur capital.

Et une Scop - de par la Loi - redistribue un minimum de 25% de ses bénéfices à l'ensemble des employés, qu'ils soient associés ou non.
Dans la pratique, on constate que 40% des résultats des Scop reviennent aux salariés.

Parce qu'il est juste et équitable, ce système s'oppose au principe d'une prime aléatoire et occasionnelle - soumise à la volatilité des marchés financiers - et reconnaît la valeur du travail comme un élément essentiel dans la production des richesses d'une entreprise.

La Scop, un modèle impliquant et motivant pour les salariés

Détenue en majorité par ses salariés, gérée de façon démocratique selon le principe « 1 associé = 1 voix », les Scop favorisent naturellement le management participatif et l'implication des salariés dans la réussite du projet d'entreprise.

« Avoir repris l'entreprise en Scop avec les autres salariés, au départ à la retraite de notre Dirigeant nous a vraiment motivé, c'est évident » explique David Joubert, salarié d'une Scop dans le BTP depuis 2006. « Grâce à ce statut, tout le monde s'est vraiment senti impliqué ; on s'est réapproprié l'entreprise, les locaux, mais aussi notre travail. Les idées pour améliorer les processus ont fusé, et ça a plu à nos clients pour le plus grand bénéfice de notre entreprise coopérative ! ». 

Les Scop répartissent leurs résultats de façon équitable. Qu'on se le dise...

A propos des Scop

La Scop a la particularité d'appartenir à ses salariés associés majoritaires (ils détiennent au minimum 51% du capital et 65% des droits de vote).

Les décisions fonctionnant sur un principe démocratique, tout salarié associé détient une voix lors des Assemblées Générales, quel que soit le montant de son capital.

Impliqués, écoutés, ils sont aussi motivés par le système de répartition équitable de la richesse produite (entreprise, capital, salariat) : en moyenne, les Scop redistribuent 40% des résultats à leurs salariés.

Les Scop démontrent les vertus d'une économie organisée sur la durée, non dominée par la tyrannie du court terme et les diktats des marchés financiers.

A propos de l'URSCOP :

L'URSCOP est un réseau d'accompagnement et d'appui stratégique dédié aux entreprises coopératives. Elle les fédère et représente leurs intérêts. Elle met en place pour elles des cycles de conférences, de rencontres et de formation, dans les domaines de la gestion économique et financière, des ressources humaines, de l'animation coopérative et du management.

L'Urscop accompagne tous les entrepreneurs dans leurs projets de création, reprise et de transmission d'entreprise en coopérative.

Contacts presse

Delprat Relations Presse :

Gildas Picchi - Julie Fullana
01 42 56 60 78
gildas@relationpresse.comjulief@relationpresse.com.