Karibati œuvre pour une architecture sobre et engagée

Dans une recherche constante de cohérence et d’amélioration continue, Karibati (Montreuil – 93) poursuit sa croissance tout en œuvrant au développement de la filière du bâtiment biosourcé, de l’amont agricole à l’aval bâtiment. Dans un contexte favorable à l’extension de la construction durable et écologique, Karibati entend bien saisir de nouvelles opportunités.

Karibati, Scop agile

« Du point de vue de nos habitudes de travail, nous n’avons pas été très impactés par la crise que nous venons de vivre », raconte Virginie Gautier, responsable développement de la Scop Karibati. « Nous sommes une petite équipe de 6 salarié·e·s et 2 stagiaires, habituée à travailler en télétravail et utilisant déjà différents outils de travail à distance. Cela nous donne une certaine agilité qui nous a été bien utile pendant cette période. »

Une prise de conscience globale

Explorer de nouveaux champs

Evoluant dans un contexte favorable et face à de nouveaux paradigmes concernant la réglementation sur la performance environnementale des bâtiments, Karibati fait évoluer en permanence son offre de services et explore de nouveaux champs. « Nous venons de fêter les 5 ans de la Scop », précise Virginie Gautier. « Nous avons à cette occasion amorcé une réflexion sur les voies à emprunter pour nous adapter aux évolutions du biosourcés, et continuer d’innover. » Actuellement, Karibati poursuit deux projets importants : le développement de l’outil aKacia, et celui du Label Produit Biosourcé.

aKacia et le Label Produit Biosourcé

aKacia est un configurateur permettant de faciliter la réalisation d’Analyse de Cycle de Vie (ACV) et de Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire (FDES) pour les produits biosourcés, encore en cours de test, et qui sera disponible fin 2020. Ces fiches, coûteuses et complexes, entravent actuellement les fabricants dans l’obtention de labels bâtiment. Ce configurateur réduira drastiquement leur coût, en permettant tout acteur de la construction biosourcée de générer lui-même ses fiches, grâce à cet outil en ligne simple d’utilisation.

Quant au Label, lancé en juin 2017, il concerne aujourd’hui une quarantaine de produits. L’enjeu est de parvenir à une utilisation plus large de cette labellisation par les fabricants de produits biosourcés. Le label prépare ces produits à la réglementation du bâtiment (RE2020), qui intègrera un indicateur de stockage temporaire du carbone. Il permet aux fabricants de garantir les quantités de carbone stocké dans leurs produits et plus généralement d’afficher qu’ils ont recours à des ressources renouvelables pour leur fabrication.

Être en cohérence

« Nous sommes toujours en recherche d’amélioration de nos pratiques et des solutions proposées à nos clients. Nous essayons d’être le plus possible en cohérence avec nos propres valeurs que sont la responsabilité environnementale et responsabilité sociétale. Aussi, nous sommes très conscients des efforts qu’il reste à faire ! Il n’y a pas de modèle parfait mais nous essayons de tendre vers un équilibre », conclut Virginie Gautier.