Retour sur...

2e rencontre des coopératives de l'Essonne

Les sociétés coopératives de l’Essonne se sont réunies le mercredi 30 octobre 2019 lors d’un apéritif organisé dans les locaux de la Scic ODASS à Massy.

5 coopératives étaient représentées lors de ce rendez-vous de convivialité : ATGT (Saint-Pierre-du-Perray), Les Maçons Parisiens (Massy), L’Union des Forgerons (Méréville), SCOPING (Massy) et ODASS, qui accueillait de nouveau cette rencontre du pôle en co-organisation avec l’Union régionale des Scop & Scic d’Ile de France.

Des coopératives centenaires... et des toutes récentes !

Cette seconde rencontre a vu la participation de Scop ancrées par leur histoire dans l’origine ouvrière du mouvement coopératif depuis presque une centaine d’années (L’Union des Forgerons, Les Maçons Parisiens) et qui n’étaient pas présentes lors de la première rencontre en mars 2019. Le pôle a démarré par un tour de table de présentation de l’activité de chacune des Scop depuis leur origine et leur évolution stratégique et économique au fil des décennies, tout en préservant leurs objets et acquis coopératifs.

Les participants des Scop, dont 3 dirigeants, représentaient tous des SA de plus de cinquante salarié·e·s, au-delà de cent pour certaines, dont une proportion importante d’associé·e·s, et exerçant leur activité dans les champs économiques traditionnels comme l’industrie et le BTP.

ODASS, l’hôte de la rencontre, est quant à elle une société coopérative créée en 2016 en Scop, puis transformée en Scic depuis quelques mois, et déjà fortement mobilisée dans le réseau ESS du Nord Ouest Essonne, de par ses fondateurs et associés actifs depuis de nombreuses années localement. Son cœur de métier est le partage de logiciels libres et l’accompagnement à la transition numérique, en particulier des organisations qui manquent de moyens humains et financiers.

ODASS figurait dans la liste des cinq organisations nommées au grand prix Finansol/Le Monde de la finance solidaire « Technologies & Solidarités ».

Les jeunes et le modèle coopératif

Après avoir dressé un panorama de la diversité des coopératives du territoire, un point particulier a été discuté : comment mieux faire adhérer les jeunes de moins de 30 ans au modèle coopératif comme entrepreneurs et/ou salarié·e·s et associé·e·s ou futurs associé·e·s dans les sociétés coopératives déjà existantes ?

Malgré l’absence d’EssCoop à cette rencontre, très impliquée sur ce sujet notamment aux Ulis, les coopératives éphémères de jeunesse ou CJM (Coopératives de Jeunes Majeurs) ont été évoquées comme tremplin à la création d’entreprise sous le modèle coopératif dans les QPV (Quartier Prioritaires de la Ville). Le renforcement des partenariats entre les Scop/Scic et les grandes écoles présentes dans le Nord Essonne (l’Université Paris Saclay par exemple) ont également été suggérés.

Les Scop historiques ont fait part de leurs difficultés à recruter des jeunes, notamment sous statut cadres. SCOPING a alors témoigné de la mise en œuvre de son programme d’accompagnement de ses apprentis et stagiaires à la découverte du modèle d’entreprise en Scop.

Pour poursuivre les échanges...

Dans la continuité de ces échanges et des affirmations communes sur la défense et la promotion du modèle coopératif, les thèmes qui sont ressortis feront l’objet de focus lors des prochaines rencontres et potentiellement d’actions à mettre en œuvre dans l’Essonne.

La prochaine réunion du pôle Essonne se tiendra au 1er trimestre 2020 (date et lieu à préciser).

En pratique

Alors, qu'attendez-vous pour rejoindre l'un de ces pôles, ou le cas échéant, impulser le vôtre sur votre "territoire" ?

Nous nous tenons à votre disposition pour discuter de tout cela.

N'hésitez pas à contacter votre délégué·e à l'Union régionale des Scop, ou envoyer vos suggestions par mail.