Les Scop ont le vent en poupe dans AlterEco+

AlterEco+ consacre un long et bel article aux Scop ce mois-ci, illustré par le témoignage d'Olivier Crus, PDG de la Scop Reprotechnique.

« Le souci du bien-être au travail est un atout essentiel des Scop »

souligne Jacques Landriot, le nouveau président de la Confédération Générale des Scop, qui a aussi dirigé pendant plus de vingt ans l’une des principales Scop en France, le Groupe Up, anciennement Chèque Déjeuner. Ce qui a un effet non négligeable sur la performance des entreprises : les salariés des Scop sont généralement plus impliqués dans leur travail et plus motivés. Par conséquent, le turn-over y est souvent assez faible.

C’est ce qu’a pu constater Olivier Crus, PDG de la Scop Reprotechnique. En 2013, cette société d’impression numérique, alors sous statut classique, avait dû déposer le bilan suite à une mésentente entre ses deux actionnaires, des groupes étrangers. Olivier Crus était alors directeur général de l’entreprise. Un ami lui suggère une reprise en Scop, statut dont il n’avait jamais entendu parler. L’entreprise se relance donc avec 66 salariés, dont 45 associés qui acceptent d’y investir chacun 500 euros.