France Barter entame sa seconde phase de développement

La plateforme, créée en 2014 par Samuel Cohen et Arthur Bard, lance une campagne de financement participatif via la plateforme Wiseed pour activer ses leviers de communication pour faire connaître le service à plus grande échelle auprès des dirigeants d’entreprises françaises.

France Barter est une startup innovante dans le domaine de la FinTech (l’innovation technologique au service des services financiers) qui propose un service innovant en B2B appelé le Barter, un système d’échanges de produits et services reposant sur un réseau commercial qui dispose d’une monnaie d’échange propre.

Le développement du service sur les territoires est en expérimentation en Savoie et en Guadeloupe-Martinique, ayant vocation à développer une forme de licence locale délivrée à des entrepreneurs locaux (sociétés classiques, sociétés coopératives…) pour le développement du Barter dans d’autres régions.

Présentation du réseau France Barter

Présentation du réseau France Barter, réseau échanges interentreprises BtoB

  • Zoom sur une coopérative

Faire connaître le service à plus grande échelle

Cette plateforme lancée en 2014 par Samuel Cohen et Arthur Bard, co-fondateurs de la Scic, a besoin de leviers de communication pour faire connaître le service à plus grande échelle auprès des dirigeants d’entreprises françaises. Le lancement de cette campagne de financement participatif via la plateforme Wiseed a 3 objectifs :

  • Développer la communication web et de terrain de la startup, à la fois par le buzz généré par la campagne et par l’utilisation de fonds levés ;
  • Embaucher un-e sixième salarié-e en analyse de risque qui permettra de vérifier et surveiller la bonne santé financière des entreprises du réseau ;
  • Le développement du service par le biais de licences régionales, le projet ayant une forte dimension d’ancrage territorial en créant un écosystème local d’entreprises.

Une levée de fonds sur Wiseed

La campagne a été lancée sur Wiseed, la plateforme de Crowdfunding tenant compte des statuts coopératifs et des spécificités d’une levée de fonds pour ce statut. Pouvoir présenter le projet aux 50 000 investisseurs de la plateforme a permis à France Barter de confronter son projet à la communauté et l’améliorer à travers les commentaires et critiques faites. Lancée la semaine dernière, la levée de fonds continuera sur une période d’environ 2 mois pour délivrer 300 000 euros de titres participatifs pour un retour de 4 % à 7 % selon l’atteinte des objectifs présentés dans le plan prévisionnel accessible sur la plateforme.

Le projet bénéficie déjà des premières retombées en communication du projet, un aspect très positif de cette campagne pour un projet singulier.

« Le modèle coopératif est un modèle qui nous est cher » explique Samuel Cohen, co-fondateur et co-gérant.

« Le multi-sociétariat nous permet de construire un réseau solide et une confiance entre les entreprises membres. Nous organisons début avril notre 1ère assemblée générale qui réunira une centaine de sociétaires. Cela demande pas mal de travail mais cela créé un réseau qui peut se rencontrer physiquement et savoir avec quelles entreprises il est possible de travailler. Cette gouvernance permet aux utilisateurs et sociétaires impliqués de savoir où on va et comment on compte le faire ».