Gescop (Alpha taxis) reçu par le ministre Benoît Hamon

Le 7 juin dernier, Gilles Boulin et Christophe Chavinier, directeurs de Gescop, ont été reçus pendant une heure par Benoît Hamon.

Gescop : groupement coopératif qui fédère 1200 chauffeurs de taxis associés au sein de trois coopératives (Barco, Gat et Taxicop) connu du grand public par son centre d'appels ALPHA TAXIS

Gilles Boulin et Christophe Chavinier, directeurs de GESCOP reçus par Benoit Hamon le 7 juin 2013

Le ministre de l'ESS et de la consommation les avait conviés à un échange autour d'un thème d'actualité : la concurrence déloyale faite aux taxis par les véhicules de tourisme avec chauffeurs (VTC). Benoît Hamon a assuré ses interlocuteurs de sa volonté de renforcer la réglementation en faveur des taxis parisiens car il a vu apparaître « des formes de concurrence un peu sauvage entre ces voitures-là et les taxis ». Ce fut l'occasion pour le ministre de découvrir l'une des plus importantes coopératives en nombre d'associés qui porte haut les couleurs de l'économie sociale dans un secteur où elle est rare. Gilles Boulin et Christophe Chavinier ont expliqué les avantages de ce statut dans l'univers du taxi et la reconnaissance acquise par leur organisation coopérative auprès de l'ensemble de leur profession.

Une Scop, en bref

La Scop a la particularité d'appartenir à ses salariés associés majoritaires (ils détiennent au minimum 51% du capital et 65% des droits de vote).
Les décisions fonctionnant sur un principe démocratique, tout salarié associé détient une voix lors des Assemblées Générales, quel que soit le montant de son capital.
Impliqués, écoutés, ils sont aussi motivés par le système de répartition équitable de la richesse produite (entreprise, capital, salariat) : en moyenne, les Scop redistribuent 40% des résultats à leurs salariés. Les Scop démontrent les vertus d'une économie organisée sur la durée.